❦ hortical
rosacées (rosales)
AGP III : Rosaceae (Rosales)

pêcher

Prunus persica ; néerl. boom (perzik)

calendriers

floraison (corymbe) (sur bois de deux ans)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 gel
fructification (drupe)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
 

Le pêcher est un petit arbre? fruitier (moins de 7 m). Il n’est cultivé que pour ses fruits? à noyaux?, les pêches, mais sa floraison rose est très décorative comme pour beaucoup de Prunus. Il existe de nombreuses variétés — pas tous adaptés à la région — et deux grands groupes : à peau duveteuse (Prunus persica persica), et à peau lisse? comme l’abricot-pêche ou nectarine (Prunus persica nucipersica) et le brugnon. Il demande du soleil, de la chaleur et un sol légèrement acide?. La pêche se consomme jusqu’à 3 jours après la récolte [1]

Il est possible d’élaguer le pêcher après la récolte. Sa culture en espalier est possible (voir les murs à pêche de Montreuil-sous-Bois et environs qui alimentaient Paris).

Le Centre Wallon de Recherches Agronomiques (Gembloux) recommande, lui, comme variété [2] : Fertile de Septembre.

 
Prunus persica est/a été utilisé pour ses propriétés médicinales

Voir les variétés communément vendues : http://www.arbre-fruitier.com/peche....

Voir sur herbier :
Digitale2 (CBNB de Bailleul)

publication : 17 juin 2004 ; mise à jour : 26 juin 2017

[1Suivant les modes de conservation, cette limite peut varier. Ainsi on peut trouver pour pêche et nectarine, cellier : 10-15 jours, congélateur : 8 mois, sec ou vinaigre : 6 mois, conserve ou confiture : 1 an, alcool : 1-2 ans
In : Pegeon, Élisabeth (dir.). Le Traité Rustica de la conservation. Rustica, 2012. 543 p. — ISBN 978-2-8153-0238-8. — p. 366-373.

 portfolio

 
 
 

Animaux hébergés

Aussi, papillons (chenilles ou ponte) sur le genre Prunus :
zérène du groseillier (Abraxas grossulariata) zérène de l’orme (Abraxas sylvata) xanthie rufine (Agrochola helvola) angéronie du prunier ou phalène du noisetier (Angerona prunaria) gazé ou piéride de l’aubépine (Aporia crataegi) biston précoce ou marbrée (Biston strataria) pudibonde ou patte-étendue (Calliteara pudibunda (Elkneria pudibunda)) lichénée jaune (Catocala fulminea (Ephesia fulminea)) phalène à bandes vertes (Chloroclysta siterata) cidarie roussâtre (Chloroclysta truncata (Dysstroma truncata)) petite épine (Cilix glaucata) verdelet (Comibaena bajularia) double-oméga (Diloba caeruleocephala) cidarie rompue (Electrophaes corylata) cul-brun (Euproctis chrysorrhoea (Euproctis phaeorrhea)) cul-doré (Euproctis similis) satellite (Eupsilia transversa) feuille-morte du chêne (Gastropacha quercifolia) phalène sillonnée (Hemithea aestivaria) flambé (Iphiclides podalirius) bombyx du chêne ou minime à bandes jaunes (Lasiocampa quercus) phalène satinée (Lomographa temerata) philobie alternée (Macaria alternata (Semiothisa alternaria)) bombyx de la ronce (Macrothylacia rubi) bombyx à livrée (Malacosoma neustria) nole-capuchon (Nola cucullatella) grande tortue (Nymphalis polychloros) feuille-morte du prunier (Odonestis pruni) citronnelle rouillée (Opisthograptis luteolata) bombyx antique ou étoilée (Orgyia antiqua) orthosie variable (Orthosia incerta) eupithécie rectangulaire (Pasiphila rectangulata (Chloroclystis rectangulata)) phalène linéolée (Plagodis dolabraria) bombyx du peuplier (Poecilocampa populi) petit paon de nuit (Saturnia pavonia (Eudia pavonia)) thécla de l’yeuse (Satyrium ilicis (Nordmannia ilicis)) thécla du prunier ou thécla du coudrier (Satyrium pruni (Fixsenia pruni)) ennomos lunaire ou croissant (Selenia lunularia) ennomos illustre (Selenia tetralunaria) sphinx demi-paon (Smerinthus ocellata) thécla du bouleau (Thecla betulae) bombyx de l’aubépine (Trichiura crataegi) chevelure dorée (Viminia auricoma (Acronicta auricoma))

Description de Coste (tome 2, taxon n°1084)

Nom présent dans la flore de Coste : Persica vulgaris Mill.

  • Arbrisseau? de 2 à 5 mètres, non épineux, à rameaux effilés, glabres?, verdâtres ou rougeâtres ; feuilles? à pétiole? non glanduleux?, pliées en long dans leur jeunesse, lancéolées?, dentées? en scie, glabres ; stipules? caduques? ; fleurs? d’un rose vif, naissant avant les feuilles, solitaires ou géminées?, subsessiles ; calice? en cloche. à 5 lobes?, caduc ; 5 pétales? ; 15-30 étamines? ; 1 style? ; ovaire? libre? ; drupe? grosse, globuleuse, pubescente?-veloutée?, charnue-succulente?, rouge sur une face ou jaunâtre à la maturité, indéhiscente? ; noyau? subglobuleux, très rugueux?, creusé d’anfractuosités profondes, à 1-2 amandes amères.
  • Cultivé et parfois subspontané dans presque toute la France, l’Europe, l’Afrique septentrionale. Spontané? dans les provinces transcaucasiennes et la Perse, jusqu’en Mongolie.

Les notices de la Flore de la France (1937) d'Hippolyte Coste (1858-1924) sont reprises de Tela Botanica.

Quelques relevés par type d'événement

❦ floraison 2015, début (Val de Marque, verger conservatoire) :  17 avril
❦ floraison 2014, début (Val de Marque, verger conservatoire) :  31 mars
❦ récolte 2013, début (Val de Marque, verger conservatoire) :  12 août
❦ floraison 2013, début (Val de Marque, verger conservatoire) :  26 avril
❦ floraison 2012 (Val de Marque) :  23 mars - 16 avril
❦ floraison 2011, fin (Val de Marque) :  14 avril
❦ floraison 2010 (Val de Marque) :  11 avril - 13 mai
❦ floraison 2012 (Val de Marque) :  23 mars - 16 avril
❦ floraison 2010 (Val de Marque) :  11 avril - 13 mai

2003-2017 | licence CC (by-nc-sa) | RSS | Plan du site | contact | | Site réalisé avec SPIP