❦ hortical
rosacées (rosales)
AGP III : Rosaceae (Rosales)

cerisier noir

Prunus serotina ; néerl. kers (vogel-, amerikaanse)

calendriers

floraison (corymbe)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 gel
fructification (drupe)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Ou cerisier d’automne, cerisier tardif, cerisier de Virginie.
 

Le cerisier noir est un arbre? forestier ou de sous-bois, drageonnant?, qui a tendance à être envahissant dans certaines forêts. Sa floraison blanche et parfumée consiste en des grappes? (ici des corymbes?) de fleurs? encore plus longues que celles du merisier à grappes qui apparaissent en mai-juin.

Ses fruits? sont comestibles et apparaissent plus tardivement que ceux des cerisiers cultivés. Son bois est de qualité dans sa région d’origine mais moins intéressant ailleurs..

L’éradication de cette espèce? est recommandée par divers organismes [1].

 
Prunus serotina est/a été utilisé pour ses propriétés médicinales

Les fruits? et l’écorce sont utilisables en teinture (violet, brun-chocolat), comme le merisier.

Voir sur herbier :
Guide des plantes de la KUL (Louvain)
Digitale2 (CBNB de Bailleul)

publication : 18 septembre 2006 ; mise à jour : 26 juin 2017

[1Voir aussi une étude au diagnostic assez mesuré sur une fiche de la Fédération des conservatoires botaniques régionaux :
http://www.fcbn.fr/sites/fcbn.fr/files/ressource_telechargeable/fiche_prunus_serotina_sr.pdf.

 
 
 

Animaux hébergés

Aussi, papillons (chenilles ou ponte) sur le genre Prunus :
zérène du groseillier (Abraxas grossulariata) zérène de l’orme (Abraxas sylvata) xanthie rufine (Agrochola helvola) angéronie du prunier ou phalène du noisetier (Angerona prunaria) gazé ou piéride de l’aubépine (Aporia crataegi) biston précoce ou marbrée (Biston strataria) pudibonde ou patte-étendue (Calliteara pudibunda (Elkneria pudibunda)) lichénée jaune (Catocala fulminea (Ephesia fulminea)) phalène à bandes vertes (Chloroclysta siterata) cidarie roussâtre (Chloroclysta truncata (Dysstroma truncata)) petite épine (Cilix glaucata) verdelet (Comibaena bajularia) double-oméga (Diloba caeruleocephala) cidarie rompue (Electrophaes corylata) cul-brun (Euproctis chrysorrhoea (Euproctis phaeorrhea)) cul-doré (Euproctis similis) satellite (Eupsilia transversa) feuille-morte du chêne (Gastropacha quercifolia) phalène sillonnée (Hemithea aestivaria) flambé (Iphiclides podalirius) bombyx du chêne ou minime à bandes jaunes (Lasiocampa quercus) phalène satinée (Lomographa temerata) philobie alternée (Macaria alternata (Semiothisa alternaria)) bombyx de la ronce (Macrothylacia rubi) bombyx à livrée (Malacosoma neustria) nole-capuchon (Nola cucullatella) grande tortue (Nymphalis polychloros) feuille-morte du prunier (Odonestis pruni) citronnelle rouillée (Opisthograptis luteolata) bombyx antique ou étoilée (Orgyia antiqua) orthosie variable (Orthosia incerta) eupithécie rectangulaire (Pasiphila rectangulata (Chloroclystis rectangulata)) phalène linéolée (Plagodis dolabraria) bombyx du peuplier (Poecilocampa populi) petit paon de nuit (Saturnia pavonia (Eudia pavonia)) thécla de l’yeuse (Satyrium ilicis (Nordmannia ilicis)) thécla du prunier ou thécla du coudrier (Satyrium pruni (Fixsenia pruni)) ennomos lunaire ou croissant (Selenia lunularia) ennomos illustre (Selenia tetralunaria) sphinx demi-paon (Smerinthus ocellata) thécla du bouleau (Thecla betulae) bombyx de l’aubépine (Trichiura crataegi) chevelure dorée (Viminia auricoma (Acronicta auricoma))

Absent de la Flore de Coste.

Les notices de la Flore de la France (1937) d'Hippolyte Coste (1858-1924) sont reprises de Tela Botanica.


2003-2017 | licence CC (by-nc-sa) | RSS | Plan du site | contact | | Site réalisé avec SPIP