❦ hortical
rosacées (rosales)
AGP III : Rosaceae (Rosales)

ronce à mures

Rubus fruticosus ; néerl. braam (gewone) ; picard meuron, mure, réonches, meumeurtes ; meurié, roinche, meune (fruit) ; meuron (fruit), norbé (fruit), rogin èd bo (fruit), catelène (fruit)

calendriers

floraison (racème (grappe))
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 gel
fructification (drupe)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
bouturage (oeil)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
récolte
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Ou ronce commune, ronce des bois, ronce des haies, mûre, mûrier, ronce ligneuse, catinuron, aronce.
 

La ronce pousse spontanément dans les sous-bois clairs, les clairières, les haies et les terrains délaissés. Elle est un abri pour la petite faune et pour régénérer ou implanter une forêt par la protection qu’elle offre aux jeunes pousses ou plants d’arbres contre les herbivores.

« La » ronce à mûres correspond, dans les faits, à un (grand) ensemble d’espèces? difficiles à distinguer pour le profane comme pour le botaniste. Par facilité, le nom Rubus fruticosus est généreusement utilisé avec aussi l’expression « un Rubus », oubliant que le framboisier — plus facilement discernable —, est aussi un Rubus.

Les fruits? — cueillis le matin [1], ils sont plus sucrés —, sont souvent transformés en gelée mais la confiture de mures reste l’une des meilleures. Les feuilles? sont utilisables en « thé ». Les tiges? fendues étaient utilisées en liens et en vannerie, parfois seules, parfois en torsade pour maintenir la paille de seigle. Les mêmes tiges tronçonnées, rassemblées en fagot et suspendues à 60 cm de haut (verticalement, comme horizontalement) peuvent servir à héberger divers insectes auxiliaires anti-pucerons.

Taille : on supprime seulement le bois bien mort. La taille consiste juste à limiter le développement.

Dans le département du Nord, les fleurs? de ronce sont l’une des principales sources du miel de campagne.

La ronce fait aussi l’objet de dictons
Mauvais temps à la Sainte-Léonce (18 juin), peu de fruits, beau­coup de ron­ces.
 
Rubus fruticosus est/a été utilisé pour ses propriétés médicinales

Les variétés communément vendues : http://www.arbre-fruitier.com/mures....

Les fruits? et les turions? sont utilisables en teinture (gris, violet).

Voir sur herbier :
Herbier de Bourgogne
Herbier de la flore française (Grande Flore de France)
Guide des plantes de la KUL (Louvain)
Digitale2 (CBNB de Bailleul)

publication : 7 mars 2004 ; mise à jour : 27 juin 2017

[1Suivant les modes de conservation, la limite de consommation peut varier. Ainsi on peut trouver frigo : 2 jours, congélateur : 8 mois, conserve, vinaigre, confiture ou gelée : 1 ans, alcool : 2 ans,
In : Pegeon, Élisabeth (dir.). Le Traité Rustica de la conservation. Rustica, 2012. 543 p. — ISBN 978-2-8153-0238-8. — p. 354-357.


Animaux hébergés

 
Oiseaux de jardin visiteurs : chardonneret élégant (Carduelis carduelis) ; verdier d’Europe (Chloris chloris) ; grosbec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes) ; pigeon ramier (Columba palumbus) ; corneille noire (Corvus corone) ; pinson des arbres (Fringilla coelebs) ; pinson du Nord (Fringilla montifringilla) ; gallinule poule-d’eau (Gallinula chloropus) ; gobemouche gris (Muscicapa striata) ; faisan de Colchide (Phasianus colchicus) ; bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula) ; sitelle torchepot (Sitta europaea) ; étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris)
 
Papillons adultes visiteurs : moyen nacré (Argynnis adippe (Fabriciana adippe)) ; tabac d’Espagne (Argynnis paphia) ; petit collier argenté (Boloria selene (Clossiana selene)) ; thécla de l’yeuse (Satyrium ilicis (Nordmannia ilicis))
 
Chenilles hébergées (ou ponte de) : argus vert ou thécla de la ronce (Callophrys rubi) ; phalène de la mancienne ou crocalle aglosse (Crocallis elinguaria) ; râtissée (Habrosyne pyritoides) ; batis (Thyatira batis)

Animaux hébergés

Aussi, papillons (chenilles ou ponte) sur le genre Rubus :
xanthie rufine (Agrochola helvola) nacré de la sanguisorbe ou grande violette (Brenthis ino) épione étrangère (Cepphis advenaria) petite épine (Cilix glaucata) écaille mendiante (Diaphora mendica (Diacrisia mendica) (Cycnia mendica)) boarmie crépusculaire (Ectropis crepuscularia (Ectropis bistortata)) manteau à tête jaune ou lithosie aplatie (Eilema complana) érastrie gracieuse (Elaphria venustula) cul-brun (Euproctis chrysorrhoea (Euproctis phaeorrhea)) fausse-eupithécie (Gymnoscelis rufifasciata) herminie grise (Herminia grisealis (Herminia nemoralis)) herminie de la ronce (Herminia tarsicrinalis) boarmie pointillée (Hypomecis punctinalis (Serraca punctinalis)) bombyx du chêne ou minime à bandes jaunes (Lasiocampa quercus) bombyx de la ronce (Macrothylacia rubi) bombyx à livrée (Malacosoma neustria) nole blanchâtre (Meganola albula) phalène de la ronce ou blanchâtre (Mesoleuca albicillata) bombyx antique ou étoilée (Orgyia antiqua) robert-le-diable ou gamma (Polygonia c-album) petit paon de nuit (Saturnia pavonia (Eudia pavonia)) écaille tigrée ou écaille de la menthe (Spilosoma lubricipeda (Diacrisia lubricipeda, Spilosoma menthastri, Chelonia menthastri)) écaille lièvre (Spilosoma lutea (Spilarctia luteum)) phalène du buplèvre ou phalène du thym (Thalera fimbrialis)

Description de Coste (tome 2, taxon n°1156)

Nom présent dans la flore de Coste : Rubus plicatus W. et N. Rubus biformis Boul.

  • Turion anguleux, plan sur les faces jusque vers le milieu, garni d’aiguillons? vulnérants à base dilatée ; feuilles? vertes, garnies de poils épars? sur les 2 faces, à 5 folioles? souvent plissées, finement dentées?, la terminale largement ovale? en cœur ; inflorescence? médiocre, subcorymbiforme ; sépales? verts sur le dos, étalés?, concaves? ; pétales? roses ou presque blancs, étamines? plus courtes que les styles? ou les égalant à peine ; réceptacle? hérissé?.
  • Turion anguleux, à faces planes, garni d’aiguillons espacés, à base un peu dilatée ; feuilles glabrescentes? sur les 2 faces, à folioles non plissées, vivement et régulièrement dentées, la terminale largement ovale, tronquée? ou en cœur à la base ; inflorescence développée, à pédoncules? grêles? ascendants? ; sépales verts sur le dos, étalés ; pétales blancs, grands, obovales?-oblongs? ; étamines dépassant sensiblement les styles ; fruit? noir, brillant, à saveur sucrée.
  • Lisières et clairières des bois, surtout siliceux?, dans presque toute la France ; nul dans la région méditerranéenne. Europe, surtout moyenne.
  • Clairières des bois, bords des chemins, dans le nord, les environs de Paris et la Normandie, sous des formes? plus trapues dans l’ouest et le centre.

Les notices de la Flore de la France (1937) d'Hippolyte Coste (1858-1924) sont reprises de Tela Botanica.

Quelques relevés par type d'événement

❦ floraison 2016, début (Lille) :  21 mai
❦ floraison 2015, début (Lille) :  24 mai
❦ floraison 2014, début (Val de Marque) :  12 mai
❦ floraison 2013, début ? (Lille) :  11 juin
❦ floraison 2011, début (Lille) :  21 mai
❦ floraison 2010, début (Lille) :  2 juin
❦ floraison 2009, début (Lille) :  9 mai
❦ maturation 2015, début (Val de Marque) :  20 juillet
❦ maturation 2014, début (Val de Marque, jardin au naturel) :  26 juillet

2003-2017 | licence CC (by-nc-sa) | RSS | Plan du site | contact | | Site réalisé avec SPIP