❦ hortical
rosacées (rosales)
AGP III : Rosaceae (Rosales)

poirier

Pyrus communis ; néerl. peer

calendriers

plantation ou repiquage
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
floraison (corymbe) (sur bois de deux ans, et plus)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 gel
fructification (piridion)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
récolte
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
 

Il existe 2 000 variétés recensées de poiriers. Les plus répandues dans les commerces français : Louise Bonne (ou Louise Bonne d’Avranches, créée en 1780), Williams (1796), Beurré Hardy (1820), Passe-Crassane (1845), Alexandrine (ou Alexandrine Douillard, 1849), Comice (Doyenné du Comice, 1849), Guyot (ou Docteur Jules Guyot, 1870), Conférence (1885).

Les poires sont aussi classées selon la qualité de leur chair : granuleuse?, demi-fine, fine, fondante, beurrée.

Les couleurs des fruits? sont parfois décrites sous une double forme?. Le choix et le nombre des teintes décrites peut varier avec les systèmes. Voici l’exemple pris chez D. Szalatnay [1] :

  • la couleur de fond de l’épiderme : 1 - Jaune, 2 - Jaune blanchâtre, 3 - Jaune vert, 4 - Vert blanchâtre, 5 - Vert ;
  • la couleur de recouvrement qui vient avec le murissement : 1 - Orange, 2 - Rose, 3 - Rouge, 4 - Rouge foncé, 5 - Violette, 6 - Brun rouge ;
  • l’importance du recouvrement est lui-même pris en compte : 1 - Absente, 3 - Faible (1/4), 5 - Moyenne (1/2), 7 - Forte (3/4), 9 - Très forte (1/1) ;
  • l’intensité, la répartition de la couleur de recouvrement sont aussi des caractères utilisés avec d’autres.

Dans la région Nord-Pas-de-Calais, on cultive aussi quelques variétés à couteau comme :
— Beurré Bâchelier, Grosse Louise, Fondante Thirriot, Fondante de Moulins-Lille, Triomphe de Ronchin, Triomphe de Vienne, Poire à Clément, Pierre Corneille, Jeanne-d’Arc, Président Héron (1894), Seigneur Espéren, Doyenné de Mérode, Beurré d’Anjour, Cornélie, Beurré Lebrun, Comtesse de Paris, ...
et des poires à cuire comme :
— Saint-Mathieu, Plovine, Saint-Rémy, Poire à Côte d’or, Comtesse de Paris, Poire reinette, ...

En pays de Herve (la région productrice du sirop de Liège) les variétés sont :
— Légipont (à 95 %), Triomphe de Vienne, Clapp’s Favorite, Poire des Malades, Conférence, Saint Rémy.
Le Centre Wallon de Recherches Agronomiques (Gembloux) recommande, lui, ces variétés [2] :
— Précoce Henin, Saint-Mathieu (comme le CRRG en France, à cuire).

L’hiver, il a besoin de 1200 à 1500 heures en dessous de 7,2 °C [3]. L’arbre? peut être cultivé en plein vent. Il est souvent greffé sur cognassier mais aussi sur franc, sur lequel il atteint une plus grande longévité. Le poirier est encore souvent traité en palissé chez les particuliers ou dans les anciennes propriétés. À Recques-sur-Hem, il existe deux poiriers palissés en pignon qui ont plus de 200 ans.

Parmi les divers tailles on peut aussi voir du côté de la taille d’été d’après Lorette.

La conservation des poires est largement améliorée en trempant leur pédoncule? dans la cire ou la paraffine [4]. L’évaporation par la tige? est ainsi bloquée.

 
Pyrus communis est/a été utilisé pour ses propriétés médicinales

Voir aussi :

Voir sur herbier :
Digitale2 (CBNB de Bailleul)

publication : 2 décembre 2004 ; mise à jour : 11 août 2017

[4Suivant les modes de conservation, la limite de consommation peut varier. Ainsi on peut trouver air libre? : 1-7 jours, cellier (pédoncule? vers le bas) : 1-2 semaines [les poires de conservation sont un cas à part], frigo : 1 jour (le froid accélère le murissement), congélateur : 8 mois, sec : 6 mois, congélateur, conserve et confiture : 1 an, vinaigre : 2 mois, alcool : 1-2 ans,
Pegeon, Élisabeth (dir.). Le Traité Rustica de la conservation. Rustica, 2012. 543 p. — ISBN 978-2-8153-0238-8. — p. 419-427.

 portfolio


Animaux hébergés

 
 
 
Chenilles hébergées (ou ponte de) : cul-brun (Euproctis chrysorrhoea (Euproctis phaeorrhea)) ; cul-doré (Euproctis similis) ; feuille-morte du chêne (Gastropacha quercifolia) ; bombyx à livrée (Malacosoma neustria) ; grande tortue (Nymphalis polychloros)

Animaux hébergés

Aussi, papillons (chenilles ou ponte) sur le genre Pyrus :
écaille martre ou hérissonne (Arctia caja)  ; pudibonde ou patte-étendue (Calliteara pudibunda (Elkneria pudibunda))  ; eupithécie rectangulaire (Pasiphila rectangulata (Chloroclystis rectangulata))  ; sphinx demi-paon (Smerinthus ocellata)  ; zeuzère du marronnier ou coquette ou zeuzère du poirier (Zeuzera pyrina)

Absent de la Flore de Coste.

Les notices de la Flore de la France (1937) d'Hippolyte Coste (1858-1924) sont reprises de Tela Botanica.


2003-2019 | licence CC (by-nc-sa) | RSS | Plan du site | contact | | Site réalisé avec SPIP