❦ hortical
berbéridacées (renonculales)
AGP III : Berberidaceae (Ranunculales)

épine-vinette

Berberis vulgaris ; néerl. bes (zuur-) ; picard nobe épin-ne, gramichon (= fruit)
 

En France, l’épine?-vinette il a longtemps été arrachée pour prévenir la maladie de la rouille des blés (Puccinia graminis) [1] dont elle n’était en fait que l’un des multiples hôtes secondaires. Contrairement à beaucoup de berbéris horticoles, l’épine-vinette perd ses feuilles? en hiver.

Il est utile pour construire des haies défensives contre le passage des animaux et pour héberger des oiseaux à l’abri des chats. Ses fruits?, un peu aigres mais comestibles, sont encore vendus séchés en Iran et exportés même en Europe. On peut les cueillir à l’automne, même après du gel pour des gelées ou des sauces.

 
Berberis vulgaris est/a été utilisé pour ses propriétés médicinales

L’écorce de la racine est utilisable en teinture (jaune vif).

Voir sur herbier :
Herbier de Bourgogne
Digitale2 (CBNB de Bailleul)

publication : 6 mars 2004 ; mise à jour : 22 juin 2017

[1De même que certains Juniperus sont l’hôte obligatoire de la rouille grillagée (Gymnosporangium sabinae) du poirier.


Animaux hébergés

 
 
 
Chenilles hébergées (ou ponte de) : boarmie crépusculaire (Ectropis crepuscularia (Ectropis bistortata)) ; boarmie pointillée (Hypomecis punctinalis (Serraca punctinalis))


Description de Coste (tome 1, taxon n°0117)

Nom présent dans la flore de Coste : Berberis vulgaris L. - Épine-vinette.

  • Arbrisseau? de 1 à 3 mètres, à rameaux dressés, cannelés?, grisâtres, glabres? ; feuilles? obovales?-oblongues?, atténuées? en pétiole?, dentelées? et munies au sommet et au bord de cils? raides ; épines? presque de moitié plus courtes que les feuilles ; fleurs? en grappes? plus longues que les feuilles ; baies? d’un rouge vif à la maturité, à suc acide?.
  • Haies, bois et coteaux, dans presque toute la France. Presque toute l’Europe ; Asie occidentale ; Inde.
  • Floraison mai-juin ; fructification septembre-octobre. Les baies sont rafraichissantes et servent à préparer des gelées, des conserves et des sirops ; le bois fournit une couleur jaune.

Les notices de la Flore de la France (1937) d'Hippolyte Coste (1858-1924) sont reprises de Tela Botanica.

Pour les botanistes, voir aussi : http://www.tela-botanica.org/page:b...