❦ hortical
fagacées (fagales)
AGP III : Fagaceae (Fagales)

hêtre

Fagus sylvatica ; néerl. beuk

calendriers

plantation ou repiquage
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
floraison (cyme, épi) (sur bois de l’année, un an)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 gel
fructification (akène)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
greffe (fente)
 

Le hêtre est un arbre? de forêt — et ancienne espèce? « invasive » — que l’on utilise aussi taillé en haie pour son feuillage marcescent? qui ne tombe qu’au printemps. Il ne supporte quasiment pas le recépage. Conduit en têtard, le hêtre est alors rabattu sur sa tête? tout les 10 ans pour fournir du bois de chauffage. Dans son sous-bois, on peut favoriser les espèces à floraison très précoce (comme la jacinthe des bois, l’anémone sylvie), avant l’arrivée du feuillage en avril-mai.

Il apprécie une atmosphère humide, un sol humide et drainant mais peu les sols engorgés. En montagne, il pousse préférentiellement sur les versants ombragés, au Nord. En plaine, il redoute les régions trop chaudes et trop sèches. Il tend à dominer les autres espèces et à les remplacer mais il a besoin de couverture pour débuter sa croissance. Par contre nombre champignons profitent de son sous-bois. D’après Robert Bourdu, sa dernière arrivée en France — hors un reliquat pyrénéen, il y a 8 000 ans — date de 4 000 ans [1].

Ses jeunes feuilles? sont à consommer dans les salades. Par la suite les tanins la rendent indigeste. Ces derniers, concentrés, comme dans ses cousins chênes, expliquent la faible vitesse de dégradation des feuilles tombées. Tout le long de l’année, les hêtraies sont couvertes de feuilles mortes d’où peu de plantes émergent.

Son écorce interne aurait aussi été consommée en Scandinavie, mais se sont ses fruits?, les faines (faînes) qui ont été le plus consommé. Crues, grillées ou transformées en huile. Cette huile du pauvre, aussi utilisée pour l’éclairage, est devenue extrêmement rare et son prix est exorbitant (plusieurs centaines d’euros le litre). Sa particularité est de ne rancir qu’après une décennie de conservation dans les meilleurs cas et de ne pas contenir de fagine ou choline (tanin présente en petite quantité dans le fruit — notamment dans l’enveloppe — dont l’abus irriterait les intestins). La récolte (ou fainée) est très variable selon les années, 2011 étant l’une des rares très bonnes années. Elle vient assez tardivement. En effet, le hêtre ne commence à fleurir généralement qu’à un âge approchant la bonne cinquantaine d’années.

Les faines sont appréciées par une partie de la faune forestière : sanglier (on menait aussi les porcs), blaireau, écureuil, muscardin, campagnol roussâtre, mulot à collier, loir, ramier, pinson du nord, pic épeiche, pic mar, etc.

Le hêtre a notamment été l’une des sources de créosote à partir de son goudron, obtenu en distillant son bois. Ce dernier est apprécié pour sa finesse et son homogénéité.

 
Fagus sylvatica est/a été utilisé pour ses propriétés médicinales

Parmi les variantes du hêtre (formes? pleureuses, à feuilles? laciniées?, etc.), le hêtre tortillard est la variante la plus spectaculaire mais sa croissance est extrêmement lente. Une étude très documentée existe : Les Hêtres tortillards,
Fagus sylvatica L. var. tortuosa Pépin, de Lorraine, dans leur contexte européen de Georges H. Parent
(Ferrantia, n° 48, Luxembourg, 2006).

Voir sur herbier :
Herbier de Bourgogne
Herbier de la flore française (Grande Flore de France)
Guide des plantes de la KUL (Louvain)
Digitale2 (CBNB de Bailleul)

publication : 6 mars 2004 ; mise à jour : 23 juin 2017

[1Par ailleurs, des études génétiques montrent que des reliques montagnardes du sud des Alpes et de Slovénie sont à l’origine des hêtres — de France ou au moins de Suisse —, les autres refuges étant la péninsule balkanique, l’Italie et l’Espagne (source : La Salamandre, n° 225, octobre-novembre 2014, p. 44.

 portfolio


Animaux hébergés

 
Oiseaux de jardin visiteurs : pigeon ramier (Columba palumbus) ; corneille noire (Corvus corone) ; mésange bleue (Cyanistes caeruleus) ; pic épeiche (Dendrocopos major) ; pic noir (Dryocopus martius) ; pinson du Nord (Fringilla montifringilla) ; geai des chênes (Garrulus glandarius) ; bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra) ; mésange charbonnière (Parus major) ; mésange noire (Periparus ater) ; mésange nonnette (Poecile palustris) ; sitelle torchepot (Sitta europaea) ; tarin des aulnes (Spinus spinus)
 
 
Chenilles hébergées (ou ponte de) : xanthie lavée (Agrochola lota) ; tortue (Apoda limacodes) ; phalène du bouleau (Biston betularia) ; noctuelle du coudrier (Colocasia coryli) ; phalène de la mancienne ou crocalle aglosse (Crocallis elinguaria) ; cul-brun (Euproctis chrysorrhoea (Euproctis phaeorrhea)) ; cul-doré (Euproctis similis) ; dragon (Harpyia milhauseri (Hoplitis milhauseri)) ; cloporte (Heterogenea asella) ; boarmie du chêne (Hypomecis roboraria (Boarmia roboraria)) ; bombyx du chêne ou minime à bandes jaunes (Lasiocampa quercus) ; nonne (Lymantria monacha) ; avrilière (Moma alpium) ; nole crêtée ou nole-aigrette (Nola confusalis) ; orthosie du cerisier (Orthosia cerasi (Orthosia stabilis)) ; bombyx du peuplier (Poecilocampa populi) ; halias du hêtre (Pseudoips prasinanus (Pseudoips fagana)) ; crête-de-coq (Ptilodon capucina (Lophopteryx camelina)) ; ennomos lunaire ou croissant (Selenia lunularia) ; staurope du hêtre ou écureuil (Stauropus fagi) ; xanthie dorée (Tiliacea aurago (Xanthia aurago)) ; serpette (Watsonalla cultraria (Drepana cultraria))

Animaux hébergés

Aussi, papillons (chenilles ou ponte) sur le genre Fagus :
verdelet (Comibaena bajularia) bucéphale ou lunule (Phalera bucephala)

L’Année du hêtre : Fagus sylvatica. Liège : Éducation-environnement, 2009. 36 p.

En ligne :
http://environnement.wallonie.be/dnf/semarbre/Brochures/Brochure_hetre.pdf

Bourdu, Robert. Le Hêtre, Actes Sud 1996 (coll. Le Nom de l’arbre). 89 p., ill. Yves Larvor.


Description de Coste (tome 3, taxon n°3268)

Nom présent dans la flore de Coste : Fagus sylvatica L.

  • Arbre? élevé, à écorce lisse? et blanchâtre ; feuilles? ovales?, entières? ou un peu sinuées?-dentées?, pubescentes?-soyeuses? aux bords et sur les nervures? ; fleurs? mâles en chatons? globuleux, longuement pédoncules?, pendants ; périanthe? très velu?, en cloche, à 5-6 lobes? ; 8-12 étamines?, à filets? allonges. Fleurs femelles renfermées 2-3 dans un involucre? à 4 divisions? ; périanthe velu, lacinié? ; 3 styles? filiformes? ; ovaire? à 3 loges? biovulées. Involucre fructifère? pédonculé?, ovale, ligneux, velu, hérissé? d’épines? molles, s’ouvrant en 4 valves?, renfermant 2-3 fruits? (faînes) trigones?, d’un brun luisant, à péricarpe? coriace?, velu en dedans.
  • Bois humides, dans toute la France, excepté ; la plaine méditerranéenne, Corse. Europe tempérée ; Asie Mineure, Caucase, Perse.

Les notices de la Flore de la France (1937) d'Hippolyte Coste (1858-1924) sont reprises de Tela Botanica.

Quelques relevés par type d'événement

❦ débourrement 2016 (Val de Marque) :  17 avril
❦ débourrement 2015 (Val de Marque) :  27 avril
❦ débourrement 2014 (Val de Marque) :  13 avril
❦ débourrement 2013, haie basse (Val de Marque) :  19 avril
❦ débourrement 2012 (Val de Marque) :  2 mai
❦ débourrement 2011 (Val de Marque) :  13 avril
❦ débourrement 2009 (Val de Marque) :  15 mars
❦ floraison 2016 (Val de Marque) :  22 avril - 11 mai
❦ floraison 2015 (Val de Marque) :  24 avril - 5 mai
Floraison assez rare cette année sur le val de Marque.
❦ floraison 2014 (Val de Marque) :  17 avril - 10 mai
La floraison (avec émission de pollen) a pu démarrer un peu plus tôt.
❦ floraison 2013 (Val de Marque) :  27 avril - 13 mai
❦ floraison 2011, début (Val de Marque) :  18 avril
❦ floraison 2009, début (Val de Marque) :  20 avril
❦ floraison 2016 (Val de Marque) :  22 avril - 11 mai
❦ floraison 2015 (Val de Marque) :  24 avril - 5 mai
Floraison assez rare cette année sur le val de Marque.
❦ floraison 2014 (Val de Marque) :  17 avril - 10 mai
La floraison (avec émission de pollen) a pu démarrer un peu plus tôt.
❦ floraison 2013 (Val de Marque) :  27 avril - 13 mai
❦ jaunissement 2016, début (Val de Marque) :  26 septembre
❦ jaunissement 2015 des feuilles, début (Val de Marque) :  16 septembre
❦ jaunissement 2014 des feuilles, début (Val de Marque) :  6 novembre
❦ jaunissement 2012 (30 %) (Val de Marque) :  29 octobre
❦ jaunissement 2015, 50 % (Val de Marque, jardin au naturel) :  26 octobre
❦ jaunissement 2016, 100 % (Val de Marque) :  20 novembre
❦ jaunissement 2014, 100% (Val de Marque) :  17 novembre

2003-2017 | licence CC (by-nc-sa) | RSS | Plan du site | contact | | Site réalisé avec SPIP